Du Community Management, mais lequel ?

Posté dans : Articles de blog | 0

Quand vous recrutez un employé, vous découvrez seulement avec le temps si oui ou non il répond à vos attentes.

Le bluff de l’entretien s’est estompé depuis et les premiers résultats sont révélateurs de son implication.

Votre satisfaction le concernant dépend également de mille autre choses qui entrent en ligne de compte.

Si l’employé s’est parfaitement adapté à la mouvance de votre compagnie, vous savez que vous disposez d’un atout solide, engagé et certainement loin de se projeter démissionnaire à court, moyen voir long terme.

Par contre, si votre employé baigne dans une atmosphère de tensions mal vécues et que ses résultats ne sont pas à la hauteur des attentes entendues, vous devrez faire avec et lui aussi !

Il en va de même pour votre community manager,surtout pour un community manager : évoluant obligatoirement dans des sphères émotionnelles en gérant vos communautés et rationnelles en s’entretenant avec les différents acteurs de la dynamique de votre entreprise.

Un Community Manager peut se trouver alors dans 3 catégories :

– L’épanoui (n’a pas encore fait de burn out)

– Le réaliste (a fait un burn out)

– L’indécis (sent qu’il va en faire un)

Et quand un Community Manager “claque”, c’est votre communication qui se trouve amputée et convalescente.

Et ça, ce n’est pas souhaitable.

“BE” offre à votre community manager la sérénité le temps de ses repos (soir, week-end, congés, maladie) en prenant en charge différentes composantes du métier de community manager.

Nous sommes des renforts et des aides.